Des marionnettes d’Economiesuisse?

Après l’acceptation de l’initiative contre les rémunérations abusives, les bourgeois s’empressent de  se distancer d’Economiesuisse. Aujourd’hui, il a été rendu public qu’Economiesuisse s’engagera dans la campagne avec “un budget ordinaire”, c’est-à-dire avec un budget d’un million de francs. La JS Suisse demande aux partis bourgeois de refuser cette participation.

Christophe Darbellay s’était opposé à que le leadership de la campagne revienne au PLR, car celui-ci a “un petit côté d’Economiesuisse et de la Bahnhofstrasse“, et exigeait une direction de campagne par les associations patronales qui “sont plus crédibles qu’Economiesuisse contre l’initiative de la JS“. Et encore: “Economiesuisse est l’association des top-managers et, dans le cadre du débat sur les hauts salaires, elle a un problème de crédibilité“.

Qui finance la campagne d’Economiesuisse c’est un secret de polichinelle. Il s’agit des grosses entreprises aux top-managers bien rémunérés, comme Novartis, Crédit Suisse et UBS. Alors que Philipp Müller a traité le CEO d’UBS de “trou du cul“, ça ne lui pose aucun problème de se faire payer la campagne contre la 1:12 par la même personne.

Les présidents des partis devraient faire suivre leurs paroles par des actes conséquents. “Nous demandons aux partis bourgeois et aux associations patronales d’assurer à l’opinion publique qu’ils n’accepteront pas l’argent d’Economiesuisse”, ainsi s’exprime David Roth, président de la JS suisse. “Sinon, ils se réduisent une fois de plus au rôle de marionnettes d’Economiesuisse.”

Les commentaires sont fermés.