Jubilée de la Paix : la Suisse doit remplir ses devoirs.

Nous fêtons aujourd’hui le 70e anniversaire de l’entrée en vigueur de la Charte des Nations-Unies. Par la ratification de cette Charte, 50 états ont scellé leur volonté d’empêcher toute guerre, juste après la 2nde guerre mondiale. La Suisse est désormais membre de l’ONU, et a le devoir, selon sa propre Constitution, de promouvoir la Paix. En vérité, la Suisse promeut trop souvent de facto la guerre plutôt que la Paix.

Que ce soit à Genève ou à New York, l’ONU célèbre en ce jour l’entrée en vigueur de sa Charte du 26 juin 1946 – et la Suisse participe aux festivités. Pour ce Jubilée, une œuvre d’art composée de 193 pierres a été spécialement révélée à Genève; le Palais des Nations accueille une exposition photographique, et la Suisse est l’hôte des festivités officielles qui ont actuellement lieu à New York.

Selon notre propre Constitution fédérale, la Suisse a le devoir de contribuer « au respect des Droits de l’Homme et à la promotion de la Démocratie », ainsi qu’ à « une coexistence pacifique entre les peuples ». Mais, dans de nombreux domaines, la Suisse est plus une partie du problème que de la solution. En effet, au moyen de l’exportation de matériel de guerre, à cause d’une place financière qui systématiquement blanchit l’argent sale des seigneurs de guerre et des terroristes, et en raison de sa politique de plus en plus répressive envers les réfugiés, la Suisse encourage en réalité la Guerre et la Violence.
« Au lieu de se contenter de simplement célébrer un évènement historique, les autorités officielles suisses feraient mieux d’enfin s’efforcer de promouvoir la Paix dans leurs actions et leur comportement », critique vertement Fabian Molina.

Grâce à une campagne photographique, la Jeunesse Socialiste Suisse espère davantage attirer l’attention sur les abus et les contradictions de la politique étrangère de la Suisse. Vous trouverez les photos ici.

Lors de leur Assemblée annuelle du 28 mars à Berne, les quelques 300 délégués du parti se sont abondamment consacrés à mentionner les nombreuses guerres ayant actuellement lieu tout autour du globe, ainsi que les innombrables conflits armés, et les douloureuses crises humanitaires qui, souvent, en découlent, et ont adopté en ce sens un papier de position « pour une politique pacifiste socialiste ».
« La Suisse doit maintenant mener une authentique politique active en faveur de la Paix. Mais pour cela, il faudrait peut-être enfin se donner les moyens, d’empêcher l’économie suisse de favoriser la guerre », a renchéri Fabian Molina.

Les commentaires sont fermés.