Pour une gauche jeune et renforcée le 18 octobre !

La Jeunesse Socialiste Suisse a présenté, aujourd’hui, lors d’une conférence de presse, ses thèmatiques et objectifs pour les élections fédérales d’octobre.  La Suisse se trouve devant un carrefour décisif pour l’avenir. La jeune génération sera particulièrement touchée, alors même qu’elle a fort peu d’influence là-dessus. C’est précisément ce que la Jeunesse Socialiste Suisse veut changer, en présentant des listes fortes dans 21 cantons.

Tout juste 18 conseillers et conseillères nationaux/ nationales de cette législature ont moins de 40 ans. Ce qui signifie que la jeune génération est massivement sous-représentée, et a par conséquent très peu d’influence sur les décisions politiques qui sont prises. „Plus que n’importe quelle autre génération, nous, les jeunes, sommes directement concernés par une politique prenant en compte l’avenir. Et davantage que n’importe quelle autre génération, nous devrons trinquer pour les fautes d’aujourd’hui“, a déclaré Fabian Molina, Président de la Jeunesse Socialiste Suisse, à la conférence de presse. Des fautes, la majorité bourgeoise au Parlement en a commises de nombreuses durant la précédente législature. A cause de sa politique financière  et économique, les inégalités ont progressé, tandis que la Justice, elle, régressait. Sur le plan européen, la Suisse est dangereusement isolée. Et les Droits humains sont, sous la conduite de l’UDC, toujours plus en danger.

Or, les jeunes font de la politique autrement. Voici ce qu’a rapporté Mathias Reynard, le plus jeune des conseillers nationaux (PS/VS): “J’avais par exemple été frappé, lors d’un débat parlementaire consacré à l’accès aux formations, par certains propos d’élus plus âgés. Ceux-ci étaient en effet persuadés que l’obtention d’un titre universitaire assurait immédiatement un emploi bien payé. Dès lors, l’endettement des étudiants ne posait pas de problème à leurs yeux. Or, ce qui était peut-être vrai, il y a quelques dizaines d’années, ne l’est plus aujourd’hui : les titulaires d’un diplôme universitaire doivent bien souvent accumuler les stages peu payés avant d’obtenir une place de travail fixe. Dans ce cas concret (comme dans de nombreux autres), la présence de parlementaires connaissant la réalité de la génération en question est essentielle.“

„La Jeunesse Socialiste empoigne 5 thèmes, qui lui tiennent à cœur, et pour lesquels il reste encore beaucoup à améliorer sur le plan national„ a déclaré Muriel Waeger, Vice-Présidente de la JSS. Dans son combat pour les droits des apprentis, la Jeunesse Socialiste est décidée à se battre en faveur de meilleures conditions de travail  et de vie pour les jeunes. Avec son initiative „Stop à la Spéculation!“, laquelle sera vraisemblablement traitée au Conseil National lors de la session parlementaire d’automne, la Jeunesse Socialiste Suisse veut mettre fin à la pire des façons de faire du profit: la spéculation sur les denrées alimentaires.

Par son engagement déterminé contre la nouvelle Loi sur le Renseignement (LRens), et la révision de la Loi fédérale sur la surveillance des communications postales et téléphoniques (LSCPT), la Jeunesse Socialiste veut empêcher l’Etat fouineur à tous prix. Par son combat pour une parfaite parité, la Jeunesse Socialiste veut la Liberté et l’Egalité pour tous les modes de vie, quels qu’ils soient. Et par son combat contre la course à l’armement, et pour les droits de l’Homme, la Jeunesse Socialiste Suisse veut éviter la guerre, et ouvrer pour davantage de Paix.

La Jeunesse Socialiste Suisse se présente avec des listes dans 21 cantons, et dans de nombreux cantons, de jeunes socialistes se présentent sur des listes du Parti Socialiste. „La parité des sexes est pratiquement atteinte, avec 85 femmes et 99 hommes. Egalement du point de vue de l’activité professionnelle, nos candidat-e-s donnent une image équilibrée: sur nos 184 jeunes gens, plus de la moitié sont dans la vie active, ou en apprentissage. 85 sont étudiants dans une Haute-Ecole, ou à l’Université„ , fait comprendre la Vice-Présidente de la JSS Hanna Bay. Egalement au niveau du financement, la Jeunesse Socialiste est parfaitement transparente, contrairement à l’opacité qui caractérise les partis bourgeois, et publie son budget de campagne. Avec cette campagne, la JS sort des sentiers battus: „L’objectif est de parler à plus de 10.000 électeurs et électrices par téléphone, 3 semaines avant les élections, et de les convaincre de voter pour une liste – jeunes socialistes le 18 octobre“, a rapporté Hanna Bay.

Pour conclure, Lydia Joray, candidate de la JS-Tessin, a partagé une importante recette de la JS pour parvenir au succès: un solide ancrage dans toutes les régions linguistiques. Grâce à des sections actives également en dehors des grands centres urbains, les orientations politiques prônées par la JS rencontrent une large résonnance parmi la jeunesse.  „Ainsi, une voix est accordée aussi aux minorités, un concept central pour la Suisse. La Suisse n’est en effet pas que Berne, Zurich ou Bâle , mais aussi Bellinzone, Coire ou Delémont.“

• Dossier de presse

Les commentaires sont fermés.