« Game Over ! » pour les affameurs de la finance !

A Genève, à Zurich ou encore à Lugano, quelques centaines de spéculateurs s’installent tous les jours devant leurs ordinateurs high-tech et spéculent sur la nourriture sur les marchés boursiers. Ils causent d’énormes fluctuations de prix sur les aliments avec des conséquences dévastatrices pour des millions de personnes dans les pays les plus pauvres. L’initiative contre la spéculation sur les denrées alimentaires peut stopper cela!

Aujourd’hui, une personne meurt de faim chaque seconde. 1,8 milliard de personnes souffrent de la faim ou de malnutrition. Puisqu’aucune mesure n’est aujourd’hui prise, que cette situation est insoutenable autant humainement que moralement, voici le moment de réagir et de nous battre pour chagerer les règles du jeu : il est temps d’interdir la spéculation sur les denrées alimentaires En 2008 et 2009, près de 100 millions de personnes, à travers le monde, ont été jetées dans la misère et la famine par la spéculation sur la nourriture sur les marchés boursiers. Le business cynique des spéculateurs a un impact direct sur la survie des plus pauvres.

Si elle est adoptée, l’initiative contre la spéculation empêcherait les hedgefund et les spéculateurs de faire leurs sales business en Suisse. Du fait de l’importance de notre place financière, cette interdiction est une étape importante dans la lutte contre la faim dans le monde. En revanche, elle ne toucherait pas au commerce direct et aux transactions sur le marché réel, ni aux couvertures de prix, qui elles, permettent la stabilisation du système. Ainsi, l’initiative supprimerait uniquement la spéculation financière motivée par les gains à court terme. Sans cela, la Suisse risque de devenir un refuge pour ces affameurs. En effet, les USA ont déjà adopté des règlementations pour lutter contre la spéculation sur les denrées alimentaires et l’UE devrait les appliquer en 2017 : la Suisse reste l’un des seuls pays majeurs dans le domaine de la finance à n’avoir encore rien fait.

Une interdiction de la spéculation aura également des effets positifs pour les agriculteurs et consommateurs suisses. La spéculation est un facteur d’instabilité qui provoque des hausses massives des prix. Durant l’année 2010, l’agriculture suisse a perdu 100 millions de francs suisses à causes de ces fluctuations de prix.

La spéculation sur les denrées alimentaires ne profite qu’aux quelques acteurs du marché. Elle ne génère pas d’emplois ni de de recettes fiscales et elle nuit à l’économie réelle. Avec l’initiative contre la spéculation sur les denrées alimentaires, il est possible d’arrêter cette forme particulièrement répugnante de recherche du profit et de remettre l’humain et sa survie au centre du système. Le 28 février dites aux spéculateurs que leur jeu dangereux sur les prix de la nourriture est terminé: Game Over!

Les commentaires sont fermés.