La JS Suisse demande l’accueil immédiat de 10’000 réfugié·e·s !

Aujourd’hui, la JS Suisse a envoyé un signal fort contre les conditions inhumaines à la frontière extérieure de l’Europe sur la Place fédérale. Des dizaines de militant·e·s ont appelé les parlementaires à se tenir du bon côté de l’Histoire – du côté des droits humains.

Photos de l’action

Depuis vendredi matin, des milliers de personnes attendent dans un froid glacial l’occasion de franchir la frontière entre la Turquie et la Grèce. Afin d’empêcher cela, les gardes-frontières et la police grecque prennent des mesures sévères, violant ainsi les droits humains. Des munitions réelles sont ainsi utilisées, en plus du gaz lacrymogène. Les personnes qui fuient, y compris les enfants, sont battues au sol dans le seul objectif de les maintenir du côté turc.

L’UE, pourtant qualifiée de « protectrice des droits humains », Frontex, ainsi que la Suisse observent passivement. La JS Suisse condamne fermement ce comportement et appelle à une action immédiate sous la forme de mesures de soutien et d’assistance aux réfugié·e·s. Elle appelle également à l’ouverture des frontières européennes – car il s’agit de la seule manière de garantir le droit d’asile.  La situation actuelle n’a rien à voir avec la valeur d’humanisme. Pour la vice-présidente de la JS Suisse, Pauline Schneider, c’est clair : « la Suisse doit accueillir immédiatement au moins 10’000 réfugié·e·s. Celles et ceux qui continuent à observer sans agir assument la mort d’innombrables personnes. »

« Par cette action, nous appelons les conseillères et conseillers à se mettre du bon côté de l’Histoire. Quiconque s’oppose aujourd’hui à l’accueil de réfugié·e·s est complice de la mort de nombreuses personnes », précise encore Pauline Schneider.

Photos de l’action

Pour plus d’inofrmations :
  • Pauline Schneider, vice-présidente de la JS Suisse, 078 649 76 48
  • Ronja Jansen, présidente de la JS Suisse, 076 675 12 23

 

Les commentaires sont fermés.