Archives de l'auteur gianlucabonanomi

Zentralsekretär | Secrétaire central | [email protected] | +41 31 329 69 99 | +41 79 402 40 76

Coronavirus : La sécurisation anti-migration ?

Une corrélation n’est pas une causalité : la première observe un parallélisme entre deux événements, la seconde les faits découler l’un de l’autre. Le biais le plus courant consiste à faire passer une corrélation pour une causalité et c’est exactement ce qui semble se produire entre « crise sanitaire » et « crise migratoire ». Voir l’article

Fahrudin Radončić : les migrant·e·s comme instrument politique

La précarité de la situation des personnes migrantes sur ce que nos médias appellent communément la « route des Balkans » ne devrait être un secret pour personne. Or, si ceux-ci rapportent régulièrement les excès de la Hongrie de Viktor Orban, les rapports alarmants concernant le traitement des migrant·e·s dans les Etats postyougoslaves sont passés sous le radar. Pourtant en 2018 déjà, l’organisation Human Rights Watch dénonçait des violence policières en Croatie sur des personnes migrantes, tabassées, rackettées et renvoyées de l’autre côté de la frontière, en Serbie ou en Bosnie-Herzégovine, avant même d’avoir pu déposer une demande d’asile, selon une procédure pourtant garantie par la loi [1]. Ces faits ont été niés en bloc par le ministère de l’intérieur du gouvernement croate d’Andrej Plenković (HDZ), qui a mis l’accent sur le bon traitement réservé à ces personnes. [2] C’est cependant en Bosnie-Herzégovine que les conditions de vie des personnes migrantes semblent devoir être les plus précaires, comme le dénonçait le journal britannique The Guardian : déjà avant la crise de Coronavirus, près de 3’000 personnes migrantes étaient casées dans des camps de fortune, souvent des gares désaffectées ou autres bâtiments abandonnés, sans accès ni à l’électricité ni aux installations sanitaires. [3] Or, cette  situation a dramatiquement empiré avec la crise sanitaire, tout particulièrement en Bosnie Herzégovine. Voir l’article

La lutte contre l’antisémitisme

Même 75 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale et la libération d’Auschwitz, l’antisémitisme est malheureusement encore un phénomène quotidien en Suisse. 75 ans après le meurtre de plus de 6 millions de personnes, les juives et Juifs de Suisse se sentent et sont de plus en plus menacés. Le 1er mai, une conférence organisée par la JS Zurich a été perturbée par des commentaires antisémites de la part de l’extrême droite, et a dû être annulée. Voir l’article

L’Amérique latine, un patient à haut risque

La crise du coronavirus tient le monde en haleine, perturbe notre vie quotidienne et fait presque s’effondrer le système économique capitaliste. Mais comment la crise affecte-t-elle le Sud global ? Un tour d’horiton en Amérique latine.
Voir l’article

Pour en finir avec les œillères du capitalisme !

Le début de la gestion de la crise que nous vivons actuellement s’est centré autour d’un mot d’ordre : il faut sauver notre système économique. Les gouvernements, cantonaux et fédéral, ont abordé le coronavirus comme une crise économique qui allait mettre à mal les profits des capitalistes – avec les œillères du capitalisme. La gestion de la crise vue par Federica Caggia, membre du comité de la JS Tessin. Voir l’article

Notre santé vaut plus que leurs profits !

Si la crise sans précédent que nous vivons actuellement nous met à rude épreuve dans notre quotidien, elle exerce également une pression inédite sur le système de santé suisse. Les politiques des dernières décennies en matière de santé publique ont largement conduit à la grande difficulté dans laquelle il se trouve aujourd’hui. Voir l’article

Solidarité sanitaire par-delà les frontières

Le Conseil fédéral et les autorités sanitaires Suisse ne cessent de le répéter. Afin de limiter la propagation du virus Covid-19 des règles simples sont à appliquer. Se laver régulièrement les mains, et par extension maintenir une bonne hygiène, éviter de sortir et de rencontrer les personnes à risque, ne pas organiser de rassemblements de plus de 5 personnes et enfin la condition souvent omise, ne pas être un.e migrant.e ou un.e SDF. Voir l’article

#staythefuckhome est un fucking privilège !

Tant que des gens doivent se rendre au travail en transports publics, tant qu’ils ne sont pas protégés d’une contamination – tant que les profits sont mis avant les vies humaines. Non au confinement total, mais oui au shutdown des entreprises qui ne sont pas vitales ! Voir l’article