Prendre le pouvoir !

François Clément nous livre ici un article présentant les rouages structurels du système capitaliste, et comment le politique doit pouvoir se prémunir de succomber à ces derniers en garantissant la formation de ses membres. Voir l’article

9 revendications pour un siècle socialiste

100 ans après la grève générale de 1918, la Jeunesse Socialiste Suisse pose ses neuf revendications pour faire passer la gauche à l’offensive.
Il y a un siècle, 250’000 ouvriers et ouvrières descendaient dans la rue afin de faire grève, en répondant à l’appel du Comité d’Olten. Celui-ci présentait alors neuf revendications. Certaines furent par la suite couronnées de succès, alors que d’autres attendent encore leur heure de gloire. Voir l’article

No Billag, une initiative délétère

L’on ne saurait qualifier l’initiative No Billag autrement que par ce terme. Celle-ci souhaite en effet la pure et simple destruction du service public médiatique en Suisse. Les conséquences d’un oui seraient désastreuses à bien des égards, et nous ne pouvons pas le permettre ! Voir l’article

La social-démocratie suisse et la maladie des gens du bien

A près de deux mois du congrès du Parti socialiste français (ci-après : PSF) qui souhaite retrouver un second souffle, il est nécessaire, en tant que Jeunesse Socialiste Suisse (JSS), d’analyser dans quelle mesure le Parti socialiste suisse (PS Suisse) se différencie de son voisin hexagonal. Voir l’article

Le dépassement du capitalisme sera international, ou ne sera pas

Nous vivons dans un monde globalisé. C’est un fait indéniable, avec lequel il faut composer. Les arguments de la peur de la droite (fuite de capitaux, délocalisation, concurrence internationale…), constamment utilisés pour justifier des politiques néolibérales destructrices, sont dépendants d’un certain manque d’unité internationale dans les réponses à y apporter. En conséquence, la gauche doit absolument collaborer et dépasser les frontières, si elle veut dépasser le capitalisme. Voir l’article

The Handmaid’s Tale: quand la fiction flirt avec la réalité

« Now I’m awake to the world. I was asleep before. That’s how we let it happen. When they slaughtered Congress, we didn’t wake up. When thes blamed terrorists and suspended the Constitution, we didn’t wake up then, either. Nothing changes instantaneously. In a gradually heating bathtub, you’d be boiled to death before you knew it.»

C’est avec ces mots d’Offred que nous ressentons le premier frisson qui ne nous quittera plus durant les dix épisodes de The Handmaid’s Tale, probablement l’une des meilleures séries de cette année. Voir l’article