• Change ce qui te dérange? Deviens membre!

Gustav Kulcis, Hommage à Lénine

Art et socialisme

En octobre 2012, la Jeunesse socialiste genevoise publiait son manifeste. Issu d’un long processus de réflexions et de discussions, ce manifeste aborde divers thèmes, non uniquement politiques, mais toujours selon une vision socialiste de la société. Un de ces thèmes a particulièrement retenu mon attention : il s’agit du chapitre 16, Culture. Il se divise en trois parties. La première affirme l’importance d’une culture participative et alternative au sein de la société en opposition à une culture bourgeoise et commerciale. La deuxième quant à elle est un appel à la sauvegarde de la lecture face à la domination de l’écran. On retrouve dans ces deux parties un discours assez classique que pourrait avoir un militant de gauche quant à sa vision de la culture. C’est la troisième partie qui est surtout intéressante. Nommé fonder une esthétique socialiste, elle propose aux militants socialistes de fonder un mouvement culturel centré sur la recherche d’une esthétique qui leur est propre. Ce point, quelque peu détonnant au sein de la pensée actuelle, est très intéressant à aborder, d’une part car il est en rupture avec la vision générale de la culture actuelle jusqu’à en faire sourire certain, d’autre part car il pose une question importante : quelle vision a-t-on en 2016 comme militant de gauche de l’esthétique socialiste ?

Voir l’article

Bernie sanders

Quelles leçons tirer de la montée de Bernie Sanders aux USA ?

Depuis plusieurs mois, les primaires des deux partis politiques américains aux élections présidentielles ont donné lieu à un combat acharné entre les candidats. Habituellement, ces primaires consistent à choisir le politicien au plus beau sourire, ou celui au slogan le plus accrocheur. Les différences politiques entre les candidats restent très minces. Toutefois, deux OVNIs sont apparus. D’abord chez les Démocrates, avec de vieilles vestes délavées, une coiffure n’ayant jamais croisé le peigne et surtout se revendiquant « socialiste » dans le pays du capitalisme impérialiste, le dénommé Bernie Sanders. Ensuite chez les Républicains, c’est le milliardaire Donald Trump qui a émergé. Or, aucun de ces deux hommes n’est membre du parti pour lequel ils participent aux primaires.

Voir l’article

muriel_waeger

Discours du 1er mai, Muriel Waeger

Chers et chères ami-e-s,

Chers et chères camarades,

Lorsque j’ai dit à certains de mes amis que j’allais au premier mai, ils semblaient tous surpris et m’ont dit : « mais vous avez déjà tout ce que vous aviez demandés. »

Ce genre de réactions ne m’étonnent malheureusement plus. Oui nous avons des acquis sociaux, pour lesquels nous, nos parents et grands-parents se sont battus, mais il nous en manque encore beaucoup. Rien que la semaine passée les parlementaires ont refusé le congé parental de 2 semaines aux hommes, tout en allouant des millions à l’armée. Justifiant ce refus par le cout qu’une telle mesure engendrerait. Voir l’article

Geld

L’argent de banques pour le PS: It’s economy, stupid!

Avec une consultation à l’adresse des organes et des sections cantonales, le Comité Directeur du PS a relancé le débat sur les dons des grandes entreprises telles que les banques et les compagnies d’assurance, en vue du Congrès 2016. Pour cela, l’argument est souvent avancé que c’est une adaptation d’un règlement des dons impraticable mis en place en 2012, qui permet l’acceptation des dons des coopératives, mais pas des entreprises avec d’autres formes juridiques. Et que c’est une question de bon sens pour réduire les différences financières avec les partis de droites. Cet argument est profondément apolitique. Car derrière cette proposition motivée par une détresse financière se trouve une question fondamentale sur la compréhension de la politique socialiste. Voir l’article

Sophie Hugli

Arrêtons de médiatiser le terrorisme !

Nous sommes encore une fois dans un contexte d’actualité triste. Comme vous le savez certainement, nous sommes au lendemain d’un nouvel attentat terroriste, cette fois-ci à Bruxelles, qui a touché un aéroport et une station de métro, et fait 30 morts et plus de 200 blessés. Cet attentat a été revendiqué par daesh. Il fait suite aux attentats de Paris, contre la rédaction de Charlie Hebdo d’abord, contre le Bataclan plus tard, ainsi qu’aux attentats d’Ankara, pour ne citer que les plus médiatisés. En lisant la presse bourgeoise, il ne se passe pas un jour sans que ces thèmes soient relayés dans les médias, ce qui contribue à créer une atmosphère de peur et de méfiance. Voir l’article

FullSizeRender

Non à la dictature des multinationales – Oui à la souveraineté alimentaire !

A l’occasion du dépôt de l’initiative pour la souveraineté alimentaire, Fabian Molina s’adresse au public présent.

Lors du tournant néolibéral des années 80, la vague de la libéralisation a également touché l’agriculture; au bénéfice des multinationales agro-alimentaire et avec des conséquences destructives pour l’homme et la nature. De nombreux pays du Sud ont été poussés à supprimer leurs protections douanières et à ouvrir leurs marchés, afin que les multinationales, souvent subventionnées, des États-Unis ou d’Europe puissent trouver de nouvelles débouchées commerciales. Voir l’article

muriel_waeger

Les loups sont entrés dans Berne !

Discours de Muriel Waeger, vice-présidente de la JSS à L’Assemblée Annuelle de Berne

Camarades,

Comme agent de sécurité, je passe mes week-ends à séparer des bagarres où les propos racistes fusent. Ces propos, ils sont tenus par des jeunes, comme vous, comme moi. Quand je cherche à les calmer dans un coin de la salle, ils me disent que ces sales étrangers cherchent la bagarre, profitent de leurs impôts et volent notre travail. Derrière ces discours nauséabonds, camarades, c’est avant tout la détresse qui s’exprime. Celle d’une population, qui se précarise, qui doit vivre dans un système qui la domine par la peur et la brutalité.

Car oui, camarades, le capitalisme règne par la peur. La peur de ne pas avoir de travail et de sombrer dans la pauvreté. La peur de ne pas faire de bonnes et utiles études pour avoir ce travail. La peur de perdre ce travail car un rival, votre voisin de bureau, cherche à vous le prendre. Et donc logiquement, dans cette lutte de tous contre tous, la peur de l’autre. Peur – qui comme le dit Yoda – conduit à la haine. Et conduit au côté obscure de la politique. Voir l’article

souv

L’alimentation et l’agriculture nous concernent toutes et tous!

Depuis des décennies, les multinationales se jouent des Etats et pratiquent une libéralisation effrénée pour leurs propres intérêts ; elle a de graves conséquences sur les Hommes et la nature. De nombreux pays du sud ont été forcés d’ouvrir leurs marchés en supprimant leurs protections aux frontières afin de permettre à des entreprises hautement subventionnées – provenant la plupart du temps des USA ou d’Europe – d’accéder à de nouveaux marchés. Le principe de la souveraineté alimentaire de « La Via Campesina » rompt avec cette logique, y compris en Suisse, grâce à une initiative populaire. Voir l’article

Valentina Uniterre

Il est question d’être humains qui, à cause des petits tours de passe-passe, ne trouvent plus rien à manger

Interview de Mme Valentina Hemmeler-Maïga, ingénieure agronome, secrétaire syndicale chez Uniterre.

  1. Pourquoi le syndicat Uniterre soutient-il l’initiative des jeunes socialistes « Stop à la spéculation sur les denrées alimentaires » ?

Pour la simple et bonne raison que cette initiative met à l’ordre du jour une thématique qui serait, sinon, simplement passée sous silence : les crises alimentaires que subissent des régions entières du globe, et leurs habitants. Cela permet de braquer les projecteurs médiatiques sur le fait que le secteur de la finance, après la crise de 2008, a désormais également investi le secteur agricole, et spécule désormais sur de produits alimentaires, alors que jusqu’ici, les paysans avaient été relativement épargnés par les déprédations des requins de la finance… Voir l’article

speku

« Game Over ! » pour les affameurs de la finance !

A Genève, à Zurich ou encore à Lugano, quelques centaines de spéculateurs s’installent tous les jours devant leurs ordinateurs high-tech et spéculent sur la nourriture sur les marchés boursiers. Ils causent d’énormes fluctuations de prix sur les aliments avec des conséquences dévastatrices pour des millions de personnes dans les pays les plus pauvres. L’initiative contre la spéculation sur les denrées alimentaires peut stopper cela! Voir l’article