La vie d’un apprenti ne vaut-elle rien ?

En 2009, j’ai commencé un apprentissage d’installateur électricien dans le canton de Vaud. Dès le premier jour de mon apprentissage, alors que je suis inexpérimenté, on m’a demandé de changer des prises électriques seul et sans me donner aucune instruction. Pendant ce temps-là, le reste de l’équipe effectuait des tests, le courant circulant toujours dans les prises sur lesquelles je travaillais ! Evidemment, je me suis fait électrocuter plusieurs fois ! Personne ne m’a averti, les règles de sécurité n’ont pas été respectées et la vie d’un jeune apprenti a été mise en danger.

Naturellement, j’ai fait appel au commissaire d’apprentissage pour obtenir de l’aide. Mais, il n’a rien fait ; prétextant que malgré le fait que cela ne respectait pas les normes de sécurité, il ne pouvait agir! J’ai vite compris qu’il connaissait bien mon patron et entretenait des rapports amicaux avec lui. Cela le dérangeait d’agir et de risquer son réseau professionnel.

Me sentant abandonné par celui qui se devait de protéger mes droits, j’ai demandé de l’aide aux professeurs de l’école professionnelle dans laquelle je me trouvais. Ils m’ont alors immédiatement orienté vers un conseiller aux apprentis, qui m’a expliqué les choses de la manière suivante : 2 possibilités s’offraient à moi : soit je dénonçais mon entreprise et l’attaquais en justice soit j’arrêtais l’apprentissage ! Il m’a fortement conseillé la deuxième option, car si je m’attaquais à mon entreprise, étant donné que mon ancien patron était connu dans le milieu, les chances que je retrouve une place étaient quasi nulles… Encore une fois, personne ne protégeait mes droits. En me renseignant un peu, j’appris aussi que plusieurs apprentis avaient quitté l’entreprise pour les mêmes raisons et que plusieurs années auparavant, un employé était mort électrocuté. Mais, personne n’en avait tiré les conséquences. J’ai donc quitté l’entreprise et ses pratiques dangereuses pour ses apprentis.

Ce genre de pratique doit cesser ! Les commissaires d’apprentissage sont la pour protéger les apprenti-e-s ; pas pour utiliser leur place pour tisser un réseau et remplir leur carnet d’adresse avec les patrons des entreprises formatrices. Ce « copinage » est une forme de corruption que nous ne pouvons pas tolérer ! Ma vie a été mise en danger, mes droits m’ont été refusés et les personnes qui devaient me protéger m’ont abandonné.

Heureusement, peu de temps après, j’ai trouvé un apprentissage d’informaticien. Apprentissage dans lequel j’ai pu m’épanouir grâce à une entreprise qui respecte ses apprenti-e-s. Néanmoins, lors de mes 4 années d’apprentissage, le commissaire d’apprentissage n’est venu qu’une seule fois ; alors qu’il est supposé venir au moins une fois par année… Là encore, le commissaire d’apprentissage ne remplissait pas son rôle de défenseur des apprenti-e-s ! C’est pourquoi je me bats au sein de la JSS ; afin que les apprenti-e-s soient enfin respecté-e-s et traité-e-s avec dignité !

Les commentaires sont fermés.